Quimper I Muvrini : « La Bretagne a une âme »

Le groupe corse I Muvrini monte sur la scène du Pavillon à Quimper jeudi 28 janvier. L'occasion de faire un tour d'horizon de l'actualité corse et bretonne avec son chanteur.

24/01/2016 à 21:00 par Sébastien Joncquez

I-Muvrini.jpg
Propos recueillis par Sébastien Joncquez
Inlassablement, les frères Alain et Jean-François Bernardini chantent la Corse, leur Corse, belle, magique, libre. Les derniers événements dans l’île de Beauté les incitent à encore davantage prôner la non-violence et la responsabilisation. Interview.
Vous avez débuté votre tournée Invicta à Nice le 29 novembre dernier. Comment se passe-t-elle ?
Merveilleusement bien. Le public répond présent, les salles sont pleines et ce malgré un contexte particuliers, avec les derniers attentats de Paris. La raisonnance est encore plus forte.
D’autres événements – ceux qui ont eu lieu à Ajaccio – ont choqué certains. Comment les jugez-vous ? Et le public vous y associe-t-il ?
Justement, je sors à l’instant (cette interview a été réalisée mardi 16 janvier, NDLR) d’un lycée de Dijon. Les jeunes m’ont également interrogé sur cette question. Je leur ai dit que nous ne voulons pas nous laisser piéger, ni par les agresseurs de pompiers – fonction sacrée en Corse -, ni par ceux qui ont saccagé les lieux de culte. Ces événements sont totalement contradictoires avec les valeurs corses.
Quelles sont-elles ?
Plus tu as de racine, plus tu t’ouvres aux autres. Notre tournée véhicule un message de non-violence. Car, nous les artistes, nous nous devons d’être des éveilleurs d’âme. Mettons les âmes debout ; le monde actuel maltraite les âmes.
Si nous ne sommes que des amuseurs publics, le monde n’a pas besoin de nous. Sur scène, nous devons donnons la meilleure nourriture possible car, tous les soirs, nous constatons une famine de nourriture.
Les Corses ont choisi de mettre à la tête de la région des indépendantistes, comme en Catalogne. En Bretagne, cela ne semble guère prendre si l’on se réfère aux derniers résultats des Régionales. Avez-vous une explication ?
Les Corses ont envie de changement en raison des mensonges répétés. Mais les situations en Corse, en Catalogne et en Ecosse n’ont rien à voir. Ce sont des géographies, des économies différentes. Le seul point commun est que ces peuples comprennent que les territoires sont mieux gérer localement qu’à 1 000 km de là. La responsabilisation des citoyens est essentielle.
Pour la Bretagne, je n’ai aucun conseil à donner aux Bretons. Mais la France ferait bien de miser sur ses diversités. Il n’y a pas d’unité sans diversité.
Vous vous produisez régulièrement en Bretagne. Qu’est-ce qui vous plait tant ?
Avec les régions de France, la Bretagne est l’un de nos mariages les plus réussis. Il y a chez vous beaucoup d’amitiés, de fidélités ; c’est une terre d’accueil. D’ailleurs, pour nos concerts bretons (après Quimper, I Muvrini se produira à Rennes et Nantes, NDLR), nous chanterons un texte en breton. La Bretagne a une âme.
Pratique : concert de I Muvrini jeudi 28 janvier au Pavillon, parc des expositions de Quimper. Tarifs : de 29 à 45 euros. Rens. : www.quimper-evenements.fr.
29000 Quimper

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne gratuitement

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Votre journal cette semaine