Quimper Anne Quéméré retournera chez les Inuit

La navigatrice quimpéroise est tombée amoureuse des vastes étendues arctiques et de ses habitants. Elle le relate dans un livre qu'elle présente le 12 mars à 14 h 30 la Fnac.

10/03/2016 à 16:43 par Adele Leberre

Anne Quéméré a réalisé de nombreuses traversées océaniques à l'aviron et en kiteboat.
Anne Quéméré a réalisé de nombreuses traversées océaniques à l'aviron et en kiteboat.

Par Adèle Le Berre

Comment peut-on autant aimer l’Arctique : un pays plongé dans le noir plusieurs mois par an, éloigné de tout, aux codes sociaux incompréhensibles pour  les Européens ? Pour le savoir, il faut lire Passagère de l’Arctique d’Anne Quéméré (éditions Locus Solus).

Beaucoup se sont arrêtés aux clichés des Esquimaux en tenue traditionnelle.

La navigatrice quimpéroise y relate bien plus que sa dernière aventure avec Raphaël Domjan pour franchir le Passage du Nord Ouest. Elle décrypte ces contrées lointaines auxquelles les images d’Epinal collent encore à la peau. « Beaucoup se sont arrêtés aux clichés des Esquimaux en tenue traditionnelle qui chassent le phoque. Ce peuple qu’on appelle désormais les Inuit a énormément changé ces cinquante dernières année.»

Rencontre avec le Père Le Meur

Elle a pu s’en rendre compte lors des semaines passées à Tuktoyaktuk, au bord de la mer de Beaufort, lors de ses deux tentatives infructueuses en 2014 et 2015. Elle y a appris à chasser, pêcher, comprendre la météo si changeante, patienter des jours durant… Elle y a surtout fait des rencontres formidables et improbables… Comme celle avec le Père Le Meur.

Ce curé finistérien a vécu de 1946 à sa mort, en 1985, dans ce petit village. «Il s’est adapté à la population locale, a appris leur langue… Les gens qui l’ont connu comme les autres, lui vouent une admiration sans borne», rapporte la Finistérienne. Il n’en fallait pas plus pour aiguiser sa curiosité et la propulser dans une nouvelle aventure.

Nouvelle expédition

Après une longue négociation, elle a réussi à récupérer les mémoires du Père Le Meur. 207 pages de français mâtiné d’anglais et d’inuit qui racontent la vie de cette communauté du Bout du monde.

«Qu’est ce que je vais faire de cela ? je ne sais pas encore. Un livre sans doute…», s’interroge Anne Quéméré. Elle trouvera sans doute la réponse lors se son prochain séjour à Tuktoyaktuk, dans la maison occupée par le Père Le Meur.

Un autre séjour dans les Territoires du Nord Ouest suivra en 2017-2018, pour franchir ce fameux passage ouvert par Roald Amundsen en 1906. Un dédale inextricable de canaux et de glaces. Cette fois, Anne Quéméré retrouvera sa solitude. Le mode de transport n’est pas encore choisi. La navigatrice donne seulement deux indices : «ça flotte et il y aura sans doute des panneaux solaires».

Contrairement aux idées reçues, l'Arctique n'est pas qu'une vaste étendue blanche. Photo : Anne Quéméré.
Contrairement aux idées reçues, l'Arctique n'est pas qu'une vaste étendue blanche. Photo : Anne Quéméré.

A lire aussi sur Côté quimper:

Pratique : Dédicace le 12 mars à 14 h  30, à la Fnac de Quimper

29000 Quimper

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image