Quimper France Bleu Breizh Izel : « Nous risquons de perdre notre ADN, la proximité »

Le personnel de France Bleu Breizh Izel est en grève ce jeudi 18 mai. Des émissions locales pourraient devenir nationales. Plusieurs élus finistériens soutiennent ce mouvement.

18/05/2017 à 12:19 par Julien Saliou

Une partie du personnel de la radio, ici devant les locaux de la station à Quimper.
Une partie du personnel de la radio, ici devant les locaux de la station à Quimper.

Ce jeudi 18 mai, les fidèles de France Bleu Breizh Izel n’ont pas pu écouter leurs programmes habituels. La plupart de ses salariés sont en grève.

« Nous avons appris par la presse que la direction de France Bleu souhaitait supprimer une tranche d’antenne locale pour en faire une émission nationale », indiquaient les journalistes présents devant les locaux de la station ce jeudi.

Notre mission est de jouer la carte de la proximité.

En l’occurrence, l’émission locale de 8 h 45 à 9 h 25 serait remplacée par une émission de jeu animée par un animateur populaire, à savoir Jean-Luc Reichmann.

« Notre émission de fin de matinale est très appréciée et écoutée. En plus, la direction va nous demander de prendre en charge des journaux de 7 h 30 et 8 h 30, avec des reportages nationaux. Nous avons en moyenne trois à quatre reportages concernant la vie locale par journaux, nous passerons à deux. Or, depuis la création de RBO (Radio Bretagne Ouest) en 1982 (devenu en 2001 France Bleu Breizh Izel), notre mission est de jouer la carte de la proximité », regrette le personnel de la radio.

Crainte de pertes d’emplois

Il ajoute, qu’en plus de la tranche 8 h 45 – 9 h 25, le 14 h – 16 h deviendrait également une émission nationale pilotée par Paris. « Nous perdrions alors 2 h 45 d’antenne. », soufflent les journalistes quimpérois et brestois, qui craignent des pertes d’emplois.

« Au-delà de ces annonces, des émissions locales du week-end pourraient aussi disparaître», continue le personnel.

Nombreux soutiens

Il a sollicité le soutien des élus locaux. Les retours ont été nombreux, pas étonnant à quelques jours des élections législatives.

François Cuillandre, maire de Brest, a notamment écrit à Mathieu Gallet, président de Radio France. Il lui demande notamment de « surseoir à la mise en œuvre de cette nouvelle grille de rentrée ».

D’autres élus soutiennent la radio : Ludovic Jolivet, maire de Quimper, Nathalie Sarrabezolles, présidente du Conseil départemental du Finistère, Patricia Adam, députée finistérienne, Philippe Paul, sénateur maire de Douarnenez, Christian Troadec, maire de Carhaix et conseiller départemental, etc.

29000 Quimper

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne gratuitement

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Votre journal cette semaine